mercredi , novembre 20 2019
arfr
Home / Lions de l'Atlas / Le Maroc par la grande porte

Le Maroc par la grande porte

Pour leur troisième et dernier match en Russie, les Lions de l’Atlas ont été à la hauteur des deux dernières prestations et ont même malmené (2-2) les champions du Monde de 2010 qui ont été sauvés lors du temps additionnel par ce modique VAR, qui ne sourit décidément qu’aux plus influents!
Après deux sorties malheureuses et une élimination précoce, ô combien cruelle, Hervé Renard et son staff se devaient de trouver les bons mots et la bonne méthode pour aller chercher dans leurs joueurs les ressources nécessaires pour faire face à une des équipes les plus redoutables, sinon la plus redoutable de cette décennie. Éliminés par des coups du sort terribles, deux défaites après deux rencontres dominées de la tête et des épaules, un but contre sans camp aux arrêts de jeu face à l’Iran et un arbitrage catastrophique face au Portugal, les Lions de l’Atlas savaient que leur Mondial ne pouvait être sauvé que par une belle prestation face aux Espagnols.
La Furia Roja (la furie rouge) dans un stade de la compétition où elle se devait de faire étalage de toute sa force et de son talent pour accéder au deuxième tour est au pied du mur…Le scénario idéale pour offrir à Boussoufa, Saiss, El Ahmadi et tous les Lions une sortie en apothéose dans un mondial où ils auraient pu faire beaucoup mieux.

Dans un stade de nouveau conquis par des dizaines de milliers (entre 30 et 40.000 supporters ) de Marocains du Monde, qui ont encore une fois enflammé les tribunes du Kaliningrad Stadium par un « Manbita Al Ahrar » héroïque et leurs encouragements sans relâche, les Lions de l’Atlas pouvaient comptés sur leur 12 homme. Un énorme BRAVO à ces magnifiques supporters qui ont marqué de la plus belle manière ce début de Mondial!

Et comme si la tension n’était pas déjà a son paroxysme, nous devions faire face à une nouvelle pour le moins inattendue. Benatia n’est pas aligné! Donc faire face à la Roja sans le capitaine d’équipe et avec une défense (Saiss et Da Costa) quasi sans temps de jeux commun. A l’exception de ce choix, Hervé Renard a reconduit le même onze que face au Portugal.
La rencontre débutera sur des chapeaux de roues avec une première occasion des Lions de l’Atlas par le biais de Hakimi dès la première minute avant que les Espagnols ne récupèrent le ballon et commencent leur jeu de « Tiki Taka » avec toute la maitrise habituelle. Les Marocains bien en place déjoueront toutes les embuscades des Iniesta and co. Obligés d’avancer très haut dans leur moitié de terrain pour étouffer les Marocains, les Espagnols se feront prendre à leur propre jeu dès la 14ème minute quand Boutaib profitera d’une mésentente entre Ramos et Iniesta pour prendre le ballon et foncer vers les buts de de Gea, pour inscrire le premier but des Lions de l’Atlas de ce Mondial. Belle phase de jeux qui matérialise la grinta et l’envie de gagner au sein de l’équipe nationale.
David Silva et ses camarades se rueront alors sur les buts marocains pour revenir à hauteur de leur voisin du sud. Une quête qui finira par aboutir à la 19ème minute sur une belle combinaison entre Iniesta et Isco qui permet à ce dernier d’inscrire le but de l’égalisation. Dans son élan, l’Espagne continuera d’imposer son jeu et de tourner le ballon comme ils ont en le secret. Un secret qui par contre n’a pas pour autant déstabilisé les Marocains qui ont déjoué tous en bloque tout les assauts ibériques. Bien organisés en défense, les Lions de l’Atlas se permettait de temps à autre à souffler le chaud et le froid sur la défense espagnol comme ce fut le cas à la 25ème minutes quand Boutaib allait de nouveau exploiter son face à face avec le portier espagnol. Le score ne changera plus et les deux équipes rejoignirent les vestiaires avec l’envie de faire mieux en deuxième mi-temps.

Les nationaux, avec la même formation, seront plus alertes dès l’entame de jeu. Dès la 46ème minute, l’arbitre de la rencontre fermera les yeux sur une faute de main de Piqué flagrante à l’entrée de la surface de réparation qui aurait dû donner un magnifique coup franc! quelques minutes plus tard Nordin Amrabat sur un tir excentré des 30 mètres était à deux doigts d’un but magistral, hélas le ballon finira sa trajectoire sur la barre transversal devant un de Gea abattu. Boussoufa ou encore Ziyeh étaient également en position de donner l’avantage aux siens. Des occasions marocaines qui venaient atténuer la pression espagnole sans relâche que Munir, Da Costa et Saiss orchestraient de main de maitre en déjouant les multiples occasions dangereuses. Suite à une nouvelle contre attaque, les Marocains obtiennent un corner, Fajr, comme lors de la dernière CAN est aux commandes, En-Nesyri dans un exercice ou il excelle, saute plus haut que tout le Monde et redonne l’avantage aux Lions de l’Atlas. C’est la folie dans les gradins, le Maroc vient de prendre l’avantage à 10 minutes de la fin devant une équipe d’Espagne déjà à bout après un match fou!
Au pied du mur les Espagnols mettront tout dans la bataille mais rien n’y fait. Hakimi, Dirar et le reste de l’équipe bloquaient toutes les issues assurant une victoire magistrale pour quitter un mondial où on les regrettera. Hélas, il était dit que lors de cette Coupe du Monde le VAR (video assistant referee) sera le bourreau du Maroc. Après une assistance en hibernation face au Portugal devant le but de Ronaldo, nous voilà avec un avis très avisé pour trancher sur un but que l’arbitre de ligne a vu et signalé hors jeu et ce sur la base d’une image vidéo où on ne voit même pas le ballon et tout cela sur un corner tiré sur le côté gauche alors que l’arbitre l’avait signalé sur le côté droit et exécuté à la hâte… Bref, la FIFA voulait un outil pour avoir le dernier mot. Bravo, ils ont bien trouvé. La rencontre se solde ainsi par une victoire de l’Espagne contre le Maroc.

Au delà du résultat qui ne change absolument rien pour le reste du parcours du Maroc dans cette coupe du Monde, l’équipe nationale était exemplaire ce soir d’abnégation, de courage et de détermination. Une attitude qui a accompagné cette équipe depuis plusieurs mois et qui malgré les épreuves (début de CAN difficile ,début des éliminatoires compliqué, début du Mondial catastrophique) trouve une formation qui donne le meilleur d’elle même et fait honneur à ce qu’elle représente. Espérons maintenant que la FRMF qui a pleinement participé à ce parcours honorable soit bien avisée, opter pour la continuité et poursuivre la construction d’une équipe marocaine redoutable en vue de la prochaine CAN!

About Webvision

Check Also

Saïs : « il ne faut pas sous-estimer la Mauritanie »

Même si le Maroc est donné favori du derby maghrébin face à la Mauritanie, Romain …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Praesent ut quis, fringilla mi, pulvinar risus. libero